Fonder une famille demande
parfois un coup de pouce !

Le réseaux du désir d'enfant - Conseils et guides en fertilité.

S'inscrire Myferti c'est quoi ?
< Retour articles
Publié le 05-03-2015

Endométriose : l'infertilité menace près de la moitié des femmes

Endométriose : l'infertilité menace près de la moitié des femmes

10 % des femmes souffrent d’endométriose. Cette maladie chronique se définit surtout par de fortes douleurs menstruelles. Elle favorise aussi l’infertilité.

Les douleurs au moment des règles peuvent cacher une maladie chronique : l’endométriose. Cette maladie gynécologique douloureuse touche une femme sur dix. Mais elle souffre d’une mauvaise connaissance et d’une stigmatisation. A l’occasion de la Semaine de prévention et d’information sur l’endométriose, qui se tient du 3 au 9 mars, pourquoidocteur fait le point sur cette maladie.

De plus en plus de cas

Le premier signe de l’endométriose sont des douleurs anormalement fortes lors des règles. Près de 40 % des femmes qui souffrent de douleurs pelviennes chroniques ont la maladie. Le développement de tissu utérin (ou endométrial) en dehors de la cavité utérine est en cause. On observe ainsi un pic d’activité des lésions lors des périodes menstruelles, d'où les fortes douleurs. 
Le développement de tissu endométrial hors de l’utérus favorise aussi les souffrances lors de rapports sexuels (dyspareunie). Si les lésions se situent dans la vessie ou le rectum, les patientes ont aussi des douleurs au moment d’uriner ou d’aller à la selle. Mais ce qui inquiète le plus, c'est que le nombre de cas augmente de manière régulière depuis plusieurs années.

Erick Petit, radiologue au Groupe hospitalier Saint-Joseph (Paris) : « La prévalence augmente parce qu’on sait mieux la diagnostiquer, mais aussi à cause des perturbateurs hormonaux. »

Une infertilité fréquente

L’endométriose n’est pas une maladie grave, mais douloureuse et surtout chronique. Les lésions peuvent entraîner une difficulté à concevoir dans 25 à 50 % des cas. C'est d'ailleurs, chez les femmes ne présentant pas de symptômes, que cette hypofertilité qui est à l’origine du diagnostic. Dans ces cas, plusieurs solutions sont disponibles, selon le Collège national des gynécologues-obstétriciens de France. Une simple stimulation de l'ovulation peut suffir, dans les cas d'endométriose les plus légers. Les techniques peuvent aller jusqu'à la fécondation in vitro (FIV), en passant par la coelioscopie et l'insémination intra-utérine (IIU).

Pour mieux faire connaître l'endométriose, une marche mondiale est organisée tous les ans, avec le soutien de différentes associations (Lili H. contre l'Endométriose, Endofrance, Ensemble contre l'endométriose...). Elle se tiendra le 28 mars 2015 et partira de la Gare Montparnasse (Paris) à 14 h 00 pour se finir au pied de la tour Eiffel.

Lire l'article sur http://www.pourquoidocteur.fr

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour ajouter un commentaire
< Retour articles


Prochains Évènements
Alerte question de membre !
Suivez nous sur les réseaux
En direct des blogs
Actualités PMA FIV
Les nouveaux membres
Derniers commentaires