Fonder une famille demande
parfois un coup de pouce !

Un site pour vous guider sur le désir d'enfant, la PMA, FIV et don de gamètes.

S'inscrire Myferti c'est quoi ?
< Retour articles
Publié le 25-03-2015

Alimentation et procréation : bien manger pour augmenter sa fertilité

Alimentation et procréation : bien manger pour augmenter sa fertilité

Encore un article qui donne beaucoup de conseils sur la nutrition et notre mode de vie qui font des ravages sur notre fertilité. De plus en plus d'études montrent que les poluants et toxiques, la polution de l'air, l'alimentation trufée de chimie et d'aditifs, le stress du quotidien et l'abandon d'activité physique régulière sont les principales causes de toutes les patologies liées à l'infetilité. 
Il est parfois interessant de faire des piqures de rapel pour vous dire d'inverser la vapeur et de prendre votre fertilité en main en suivant des conseils de vies.

Voici donc un article pour vous aider à bien manger pour aider votre fértilié.

Que mettre au menu de monsieur et de madame ? Ont-ils d’ailleurs besoin des mêmes aliments ? Voyons ce qu’il y a à la carte.

L’alimentation de la procréation : que manger pour concevoir un bébé ?

Bien manger à décidemment des conséquences sur tous les plans (dans tous les sens du terme) de notre vie.

Pourquoi bien manger quand on veut faire un enfant ?

De nouvelles études permettent de mieux connaître les liens entre l’alimentation et la procréation. Elles montrent trois conséquences de la malbouffe  :

  • Elle augmente l’infertilité des hommes et des femmes avant la conception, surtout s’ils sont en obésité
  • Elle joue défovablement sur le développement des organes du bébé pendant et après la grossesse
  • Elle a une incidence négative sur la santé du futur enfant qu’elle prédispose plus tôt à certaines maladies (obésité, cancers, diabète de type 2, maladies cardiovasculaires, respiratoires, neurologiques) qu’il peut lui-même transmettre à sa propre descendance. Des études montrent aussi que les fonctions de reproduction de leurs filles et de leurs fils pourraient également être
    altérées.

L’enchaînement de conséquences défavorables se déroule donc sur le – très –  long terme, en amont et en aval !

Ca vaut donc sérieusement le coup de faire attention à bien manger pour être sûr de pouvoir à la fois concevoir, développer un enfant au cours de la grossesse et assurer la santé de toute sa descendance !

1- L’assiette de madame : des céréales complètes, des huiles végétales, des poissons gras et de légumes secs

Les aliments favorables à la fertilité et à l’obtention d’une grossesse ont bien été identifiés par les études scientifiques.
Ces aliments sont issus de l’alimentation dite « méditerranéenne » ! Ils contiennent certains nutriments plus importants que d’autres pour la conception d’un enfant.

Au menu donc :

  • des glucides à index glycémique bas, c’est-à-dire des féculents cuits à point, des céréales complètes, des fruits peu murs, etc.
  • de « bonnes graisses » : des huiles végétales variées, des poissons gras.
  • des protéines d’origine végétale plutôt qu’animale, c’est-à-dire des légumes secs et des céréales.
  • une supplémentation en Fer dont les besoins peuvent être couverts par le choix de certains aliments riches en Fer comme les produits de la mer, les baies rouges, le soja, les légumes verts, les céréales et évidemment, le must de source animale : le boudin noir et le foie.

Une étude a montré que cette alimentation est associée à un moindre risque d’infertilité féminine par troubles de l’ovulation, avec une diminution de 69 % des risque d’infertilité ovulaire

A ce menu, il faut aussi ajouter :

  • la pratique d’une activité physique régulière
  • l’arrêt de la consommation excessive d’alcool et de caféine
  • la gestion du stress.

2- L’assiette de monsieur : du foie, des oeufs, des poissons gras, des céréales, des huiles végétales, des fruits et légumes.

Chez les messieurs, c’est l’équilibre de la balance oxydant/antioxydants qui semble avoir un impact essentiel sur la fertilité.

Ils rechercheront donc plus particulièrement les nutriments suivants :

  • des folates (vitamine B9), contenus dans le foie, la levure, les fruits oléaginaux, le jaune d’oeuf, les herbes (persil, menthe), les brocolis, les choux de Bruxelles, les pois cassés, le cheddar, etc.
  • de la vitamine B12 : l’oeuf, le foie, les poissons gras, les moules, le canard, etc.
  • de la vitamine B6 : la levure, le germe de blé, le foie, les céréales, etc.
  • de la vitamine C : des fruits rouges, des kiwis, du citron, du chou rouge, des choux de Bruxelles, des poivrons, etc.
  • de la vitamine E : des huiles végétales, des amandes et des noisettes, du germe de blé.
  • du sélénium : du jaune d’oeuf, des poissons gras et des produits de la mer, des rognons, des noix du Brésil, des graines de sésame, des pâtes complètes au blé, etc.

Le sélénium est notamment présent en concentration élevée dans les testicules.

L’infertilité n’est pas une fatalité !

Les recherches sont porteuses d’espoir : l’infertilité, les complications ou la transmission de maladies liées à l’obésité des parents à travers plusieurs générations ne sont pas une fatalité.

Les études montrent bien l’influence majeure et positive de la nutrition. L’alimentation pourrait prévenir notamment jusqu’à 70 % des cas d’infertilité, comme l’indiquait le Professeur Rachel Lévy, biologiste de la reproduction dès 2011.

A retenir :

En se confectionnant une assiette diversifiée et équilibrée, les deux membres du couple augmentent donc leurs chances d’avoir un enfant… et des petits-enfants… en bonne santé !

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour ajouter un commentaire
< Retour articles


Prochains Évènements
Alerte question de membre !
Suivez nous sur les réseaux
En direct des blogs
Actualités PMA FIV
Les nouveaux membres
Derniers commentaires