Fonder une famille demande
parfois un coup de pouce !

Un site pour vous guider sur le désir d'enfant, la PMA, FIV et don de gamètes.

S'inscrire Myferti c'est quoi ?
< Retour articles
Publié le 20-03-2020

Coronavirus et PMA : Arrêtons tout, en vue de pouvoir continuer (Rocío Nuñez Calonge)

Coronavirus et PMA : Arrêtons tout, en vue de pouvoir continuer (Rocío Nuñez Calonge)

D'après l'Organisation mondiale de la santé, l'Espagne est le pays au monde où le coronavirus se propage le plus rapidement. Les rues de toutes les villes ont été désertées (un état d'alarme a été déclaré il y a quelques jours), et #Restezalamaison est déjà devenu viral.

Que se passe-t-il avec la procréation médicalement assistée(PMA) ? Comment les centres de procréation ont-ils été touchés ? L'ESHRE (European Society of Human Reproduction and Embryology) a récemment publié une déclaration dans laquelle elle écrit littéralement :

« Il y a quelques cas rapportés de femmes positives au Covid-19 qui ont donné naissance à des bébés en bonne santé et sans maladie. Il y a eu des résultats néonatals défavorables (rupture prématurée des membranes, accouchement prématuré) chez les bébés nés de mères positives au test Covid-19 pendant leur grossesse, mais les rapports étaient basés sur des données limitées. De même, un rapport de cas d'un bébé infecté a été publié, mais là encore, il n'y avait pas de preuve solide que cela soit le résultat d'une transmission verticale

Ces données, bien qu'encourageantes, ne font état que de petits nombres et doivent être interprétées avec prudence. Ils font référence aux grossesses à un stade avancé, mais nous n'avons aucune information sur l'effet possible de l'infection par Covid-19 sur les grossesses à un stade précoce.

Par mesure de précaution, et conformément à la position d'autres sociétés scientifiques en matière de médecine de la reproduction, nous conseillons à toutes les patientes en fertilité qui envisagent ou planifient un traitement, même si elles ne répondent pas aux critères diagnostiques de l'infection à Covid-19, d'éviter de tomber enceintes. Pour les patientes qui suivent déjà un traitement, nous vous recommandons de considérer un transfert d'embryons différé »

Peu de temps après, la Société espagnole de fertilité a publié les informations suivantes :

« Compte tenu de la réglementation en vigueur dans notre pays avec la déclaration de l'état d'alerte, qui implique la mise à disposition de la communauté des moyens sanitaires disponibles dans notre pays et la restriction de la mobilité de la population, le SEF conseille la réduction de l'activité dans les centres de reproduction espagnols. En revanche, après avoir évalué le document publié par la Société européenne de reproduction humaine (ESHRE), il semble prudent d'y adhérer et de recommander, jusqu'à ce que l'état d'alerte soit levé : de mettre fin aux cycles de FIV-TEV qui ont été initiés ; de ne pas initier de nouveaux cycles ; d'effectuer tous les transferts de manière différée ; de ne pas effectuer de transferts d'embryons vitrifiés ; d'annuler l'activité des programmes d'insémination. »

Cependant, je suis très frappé par le fait que, malgré le fait que le SEF adhère au document européen, il parle de : réduire l'activité des centres, ainsi que de mettre fin aux cycles de FIV-TE qui ont été commencés, alors que l'ESHRE a clairement indiqué que les patientes devaient éviter de tomber enceintes.

Cela m'a fait consulter ce que les cliniques espagnoles font à ce sujet et y réfléchir en détail.

La plupart des cliniques disposent d'une information complète pour les patients sur le Covid-19 : en quoi consiste l'infection, comment prévenir la contamination, etc. Dans le meilleur des cas, ils adhèrent au document publié par le SEF, il est donc conseillé de ne pas commencer un nouveau traitement, et de terminer ceux qu’ils ont commencés.

Même, dans certains cas, avec arrogance sur les 40 ans d’expérience fictive (cette situation ne s'était jamais produite dans le monde), il est annoncé aux patients de garder le calme.

Mais je n'ai vu aucune clinique qui ait clairement fermé ses portes, ou décidé de suspendre tous les types de traitement, y compris ceux qui ont débutés. Parce que ce n'est pas la même chose.

Trop souvent, il semble aller de soi que les objectifs de la médecine sont évidents et compris, et qu'il suffit de les appliquer judicieusement. Mais quels sont les objectifs de la médecine reproductive ? Évidemment, pour obtenir, plus qu'une gestation, comme l'est le but de la reproduction : un enfant en bonne santé à la maison.

Il semble donc que cette fin doit être reconsidérée à ce moment précis.

Je crois que je ne suis pas soupçonné d'aller contre la PMA. Mais je crois que les choses doivent être faites avec prudence et responsabilité. Selon l'ESHRE, il n'y a pas assez de données pour penser que l'infection peut toucher les enfants des femmes enceintes. Mais ce mot doit être souligné : assez. D'autre part, je pense qu'il s'agit d'une question qui peut facilement prendre du temps avec les moyens techniques actuels.

Les organisations et les entreprises sont soumises à des obligations morales et à une responsabilité sociale. L'éthique doit être considérée comme la base fondamentale des décisions et des activités. Les valeurs qui sont actuellement en jeu dans les centres de PMA sont celles qui les ont toujours soutenues : soins complets et corrects pour tous les patients de manière égale, autonomie des patients, objectifs économiques, etc. Mais nous devons maintenant ajouter le plus important de tous : le bien commun, tant pour les patients que pour le personnel travaillant dans le domaine de la médecine reproductive.

Les pressions économiques auxquelles la médecine en général, et la médecine reproductive en particulier, sont soumises, incitent fortement à cette remise en question, qui ne correspond pas nécessairement au bien commun.

Je pense que nous devons nous arrêter momentanément et continuer ensuite.

Article rédigé par : Rocío Núñez Calonge - expert en reproduction assistée et bioéthique Espagnol

Article traduit du journal "ElPaís" :

https://elpais.com/elpais/2020/03/18/mamas_papas/1584527729_640005.html

Article rédigé et publié par QUIRONSALUD - DEXEUS - MURCIA.

Retrouvez les informations et publications de l'auteur sur sa page.

Page QUIRONSALUD - DEXEUS - MURCIA-MyFerti
Connectez-vous ou inscrivez-vous pour ajouter un commentaire
< Retour articles


Prochains Événements
Alerte question de membre !
Suivez nous sur les réseaux
En direct des blogs
Actualités PMA FIV
Les nouveaux membres
Derniers commentaires